Erreur de la base de données de WordPress : [UPDATE command denied to user 'leluxeblog'@'10.0.118.21' for table 'wp_options']
UPDATE wp_options SET option_value = 'O:8:\"stdClass\":4:{s:12:\"last_checked\";i:1409473636;s:15:\"version_checked\";s:5:\"2.3.1\";s:8:\"response\";s:7:\"upgrade\";s:3:\"url\";s:30:\"http://wordpress.org/download/\";}' WHERE option_name = 'update_core'


Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/leluxe/www/wp-includes/wp-db.php:161) in /home/leluxe/www/wp-includes/feed-rss2.php on line 2
Le-Luxe.fr http://www.le-luxe.fr LE BLOG de THE LUXURY OBSERVATORY Mon, 10 Mar 2014 12:32:08 +0000 http://wordpress.org/?v=2.3.1 fr YVES SAINT LAURENT EN SOLDE http://www.le-luxe.fr/?p=106 http://www.le-luxe.fr/?p=106#comments Sun, 12 Jan 2014 14:13:37 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=106 Le film s’ouvre sur le jeune Yves Saint Laurent administrant une leçon de couture à Monsieur Dior. On n’en croit pas ses yeux. Mais la farce continue avec une suite de séquences visant à montrer la Maison Christian Dior, où officie alors le surdoué Yves, comme une caverne poussiéreuse et décatie, ce qui valorisera d’autant plus la vision flamboyante de la nouvelle Maison Yves Saint Laurent (qu’on nous présente d’emblée dans des atours qu’elle n’atteindra qu’une décennie plus tard). Monsieur Dior doit se retourner dans sa tombe à la vue de ses salons Couture filmés sans doute dans une solderie de Barcelonette, des clones de Pauline Carton et Jeanne Fusier-Gir enrôlées pour figurer Carmel Snow et Hélène Lazareff. Du plus haut comique au service d’une réécriture de l’histoire.

Evidemment, la composition tout-à-fait extraordinaire de Pierre Niney force l’admiration et l’empathie pour un acteur hors-normes. Mais tout ce talent au service de quoi ? Un film d’en ennui profond, où - n’en déplaise à une critique cousue de fil blanc - on cherche en vain des personnages un peu fouillés (on n’a droit qu’aux silhouettes grotesques de Melles Galouzeau de Villepin et Smet singeant les figurantes d’un clip publicitaire des années 60), on aurait voulu une histoire d’amour et on la cherche encore (une jolie scène sur les quais, quand même), on aurait voulu se passionner pour le parcours unique et novateur qu’a conduit Pierre Bergé et on n’a droit qu’à une esquisse vague et floue où son évocation n’a guère d’intérêt. Il faut dire qu’il y a une énorme erreur de casting: Guillaume Gallienne, malgré son immense talent ne parvient (le rôle est trop mal écrit) ni à restituer Bergé, ni - pourquoi pas ? -à créer un personnage d’une quelconque épaisseur.

Yves caricaturé à la serpe. Pas une seconde de mode, de chic, de couture, d’élégance: s’agissant de Saint Laurent, il fallait le faire. Ce film l’a fait. 

ETINCELLE

Yves Saint Laurent de Jalil Lespert. En salles.

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=106
LE RÔLE DU PAYS DE GRASSE DANS LA RECONNAISSANCE ARTISTIQUE DU PARFUM http://www.le-luxe.fr/?p=105 http://www.le-luxe.fr/?p=105#comments Sun, 20 Oct 2013 21:14:13 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=105 En janvier 2012 a eu lieu un événement considérable pour le monde de la parfumerie. Le Ministère de la Culture “se mettait au parfum” et organisait dans la galerie de Valois une exposition consacrée aux parfumeurs en même temps qu’il décorait plusieurs d’entre eux de l’Ordre des Arts et Lettres. Une grande satisfaction pour ces créateurs méconnus, devant cette première reconnaissance officielle du caractère artistique de leur activité. Après avoir mis le pied dans ce haut lieu de la politique culturelle, il leur reste encore à obtenir le bénéfice de la propriété littéraire et artistique qui protège, en principe, toute création de forme mais qui leur est toujours refusé par la Cour de Cassation.

On constate pourtant à l’heure actuelle une implication de plus en plus fréquente des parfums dans le domaine des arts et de la vie culturelle en général avec une multiplication des créations polysensorielles.

Par ailleurs, à une époque de mondialisation de la parfumerie, le Pays de Grasse, réuni autour d’une tradition ancestrale, se maintient toujours au premier rang dans le domaine des recherches sur les produits naturels, reconduisant ainsi l’inventivité reconnue des praticiens grassois.

Autant de raisons qui justifient l’initiative du Sénateur-Maire de Grasse, Jean-Pierre Leleux, qui souligne la rareté des territoires qui véhiculent “tant de magie, tant de subliminal, tant de messages et tant d’affectif” et l’action de l’association Patrimoine Vivant du Pays de Grasse qui a pour ambition de porter les savoir faire liés au parfum en Pays de Grasse, la culture des plantes à parfum, la connaissance des matières premières naturelles et leur transformation, et l’art de composer le parfum au Patrimoine Culturel Immatériel de la France puis de l’Humanité.

Une mise en lumière qui ne peut que favoriser la reconnaissance juridique de la création en parfumerie. ANNICK LE GUERER.

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=105
LA ROSE ENTRE ORIENT ET OCCIDENT http://www.le-luxe.fr/?p=104 http://www.le-luxe.fr/?p=104#comments Sun, 08 Sep 2013 15:41:44 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=104 Le 19 septembre, une conférence d’ANNICK LE GUERER pour Les Rives de la Beauté.

Encens et myrrhe d’Arabie, benjoin du Siam et de Sumatra, galbanum de Perse, santal de l’Inde: tous ces ingrédients aromatiques porteurs de rêve viennent de l’Orient. Ils enrichissent très tôt la pharmacie/parfumerie européenne qui va bénéficier par la suite des apports des “Indes Occidentales”: fève tonka de Guyane, baume de Tolu, baume du Pérou, vanille et copal du Mexique.

La technique essentielle de la distillation illustre parfaitement ces influences réciproques entre Orient et Occident. Si les Arabes sont experts dans la production d’eaux de roses obtenues par distillation des pétales avec de l’eau, c’est à Salerne et Montpellier que se jouera au XII ème siècle l’aventure de la distillation à l’alcool.

Gênes et Venise sont en contact permanent avec l’empire byzantin et tous les commerçants de Méditerranée orientale. Et, de retour des croisades qui se déroulent du XI ème au XIII ème siècle, les chevaliers français, anglais, allemands immergés pour un temps dans un monde complètement différent, en rapportent le goût de l’ambre, du musc, et de l’eau de rose.

Ce ne sont pas seulement les produits, mais aussi les connaissances qui circulent. A partir des royaumes musulmans d’Espagne, tombée en grande partie aux mains des Maures depuis le VIII ème siècle, les écrits des savants arabes, eux-mêmes traducteurs des auteurs grecs de l’Antiquité, sont diffusés dans toute l’Europe. Traduites en latin, les oeuvres d’Abulcassis de Cordoue, en particulier, vont exercer une grande influence.

Ces interactions entre Orient et Occident, qui donnent lieu à une exposition permanente à SAINT ANTOINE L’ABBAYE, seront le 19 septembre développées essentiellement autour de la rose.

ANNICK LE GUERER, Commissaire de l’exposition.

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=104
LES PARFUMEURS MAISON (8) http://www.le-luxe.fr/?p=103 http://www.le-luxe.fr/?p=103#comments Fri, 15 Feb 2013 14:05:17 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=103 THIERRY WASSER

Comme Jean-Paul Guerlain à qui il succède, en 2008, et dont il se sent très proche, ce parfumeur a emprunté un parcours singulier. Des chemins de traverse, jalonnés de fructueuses rencontres avec des “pères spirituels” l’ont mené là où il en est aujourd’hui. A Strasbourg, la visite d’une superbe herboristerie du XVIII ème siècle, remplie de de boites et de sacs exhalant de mystérieux effluves parle à son imaginaire et lui montre la voie. Plutôt que de somnoler sur les bancs de l’école, il décide de travailler dans une droguerie-herboristerie où, une fois par semaine, il peut suivre les cours d’un herboriste. Son maître de stage qui l’avait recruté à partir des aptitudes qu’il discernait chez lui le forme pendant quatre ans et il obtient son diplôme de botanique à l’âge de 20 ans.

Rien ne le destinait à priori à la parfumerie mais un article de journal lui fait découvrir le métier de parfumeur et une rencontre avec le directeur de l’école de Givaudan décide de son entrée dans cette profession. François Berthoud, directeur général de Givaudan, le fait alors venir à Paris et en 1987 il est nommé Parfumeur Fine Fragrance. Mais en 1993, pour réaliser son rêve américain, il accepte un poste chez Firmenich à New York. Au bout de neuf ans et après avoir réalisé Dior Addict, il regagne Paris où il élabore notamment, pour Guerlain, deux fragrances de haute parfumerie: Quand Vient la Pluie et Iris Ganache.

La proposition que lui fait alors Guerlain est une consécration mais implique un changement important dans sa carrière. Chez Givaudan et Firmenich, il se trouvait dans la position du parfumeur/fournisseur traitant avec le marketing des Maisons, auxquelles appartenait la décision finale. Chez Guerlain, il devient parfumeur responsable de toutes les séquences: approvisionnement, création, qualité et est en outre membre du comité exécutif, sur un pied d’égalité avec la directrice du marketing et le directeur financier.

Guerlain Homme, Idylle, Shalimar Parfum Initial, Jasminora, qui fait appel au jasmin de Calabre très vert et hespéridé et Paris-Tokyo, qui contient des notes thé vert, fleuries, jasminées, sont des senteurs dont il est particulièrement fier. ANNICK LE GUERER.

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=103
LES PARFUMEURS MAISON (7) http://www.le-luxe.fr/?p=102 http://www.le-luxe.fr/?p=102#comments Mon, 11 Feb 2013 15:09:29 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=102 CHRISTOPHER SHELDRAKE

Depuis 2005, il créé chez CHANEL aux côtés de Jacques Polge. Il est né en Inde, à Madras. De son père, spécialisé dans l’extraction des matières premières naturelles, lui vient son intérêt pour les senteurs. A dix-huit ans, il fait un stage chez Charabot à Grasse afin de perfectionner son français. C’est là que Georges Coeur l’initie à la parfumerie et lui révèle qu’il est un “nez”. Abandonnant son projet de devenir architecte, il travaille de 1974 à 1981 dans cette société puis chez Robertet et passe ensuite trois ans chez Chanel auprès de Jacques Polge et François Demachy. C’est l’époque du lancement de Diva (Ungaro), Anteus, Coco et dans cette maison de prestige, il apprend beaucoup de choses sur les ingrédients nobles tels que l’ambre gris, le jasmin et l’iris.

En 1984 Christopher Sheldrake entre chez Quest, à Ashford près de Londres, où sont élaborées des molécules de synthèse. Il voyage beaucoup et découvre au Maroc l’odeur du cèdre de l’Atlas. Cette attirance, il la partagera plus tard avec Serge Lutens qui l’a élu comme sa “main d’or”. Dans son partenariat avec ce créateur, il pratique des overdoses de produits naturels: quantité de fleur d’oranger dans Fleur d’Oranger, de labdanum dans Ambre Sultan, d’ylang-ylang dans A la Nuit, de sauge sclarée dans Chergui. Certains de ses parfums contiennent plus de 70 % d’ingrédients naturels. “Je fais appel à la nature pour allumer mes créations, mettre des étincelles de vie”.

Avant son arrivée chez Chanel, il trouvait encore un dérivatif aux demandes commerciales de produits non dérangeants dans des travaux stimulants comme ceux réalisés en Italie, pour l’architecte Philippe Zahm, sur la bonne odeur du Christ (odeurs de transpiration, de pain, de cumin, de myrrhe, de nard), ou pour l’exposition de Serge Lutens à Lille (arômes d’épluchures de mandarine sur le fourneau, de café, des fleurs sous la pluie). Ce passionné aime réaliser des parfums qui prennent le risque de déplaire… ou de plaire addictivement. ANNICK LE GUERER

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=102
LES PARFUMEURS MAISON (6) http://www.le-luxe.fr/?p=101 http://www.le-luxe.fr/?p=101#comments Sun, 03 Feb 2013 16:09:48 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=101 JACQUES POLGE

A une époque où le métier n’était pratiquement connu que des Grassois et où l’on était “nez” de père en fils, Jacques Polge est venu à la parfumerie par hasard et non par tradition familiale. Tenté par les propositions de Roure qui recherche des parfumeurs pour sa filiale américaine, il part travailler à New York, après avoir suivi des études de lettres à Aix en Provence et une formation de parfumeur à Grasse dans l’école de Jean Carles. De retour en France, il entre chez CHANEL en 1978 et succède à Henri Robert.

A la direction du laboratoire des parfums, il élabore les nouvelles fragrances, sélectionne et contrôle les matières premières entrant dans la fabrication des essences créées par ses prédécesseurs. A ses yeux, le parfumeur est au service de l’esprit d’une Maison et doit en réinterpréter le style. Avec Chanel, cela s’est imposé à lui comme une évidence.

Ses réalisations les plus connues sont Anteus (1981), Coco (1984), l’Eau de Parfum N°5 (1986), Egoiste (1990), Egoiste Platinum (1993), Allure (1996), Coco Mademoiselle (1998), Allure pour Homme (1999), Chance (2002), les Exclusifs, l’Eau Première (2008), Cristalle Eau Verte (2009). ANNICK LE GUERER

Prochain portrait: Christopher Sheldrake. 

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=101
LES PARFUMEURS MAISON (5) http://www.le-luxe.fr/?p=100 http://www.le-luxe.fr/?p=100#comments Wed, 30 Jan 2013 13:34:50 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=100 JEAN KERLEO

Ancien parfumeur d’HELENA RUBINSTEIN, Jean Kerléo arrive chez PATOU en 1967. Ce Breton sera le “nez” de la Maison jusqu’en 1999 et élaborera de nombreuses créations. Parmi les plus célèbres: 1000 (1972), alliance subtile d’osmanthus de Chine et de rose, l’Eau de Patou (1976), Patou pour Homme (1980), Ma Liberté (1987), Sublime (1992), Voyageur (1995), Patou For Ever (1998).

Parallèlement à ces créations toutes personnelles, il s’engage, à la demande de Jean de Moüy, qui a pris la présidence de Patou en 1980, dans la reconstitution de 12 grands parfums anciens de la marque, jadis mis au point par Henri Almeras et Henri Giboulet.

L’entreprise n’est pas évidente, car, même en disposant des formules originales, encore faut-il rechercher des matières premières, des bases ou spécialités d’origine parfois disparues. Elle réussit cependant et Jean Kerléo a la satisfaction de recueillir auprès de personnes nostalgiques de ces fragrances l’assurance qu’elles retrouvaient bien celles qu’elles avaient connues trente ans auparavant.

Cette attention aux formules anciennes va prendre la tournure d’une passion. Ma Collection est la préface d’une Recherche des parfums perdus dont le chapitre essentiel sera écrit, en 1990, avec la fondation par Jean Kerléo et un groupe de parfumeurs  passionnés de l’OSMOTHEQUE. ANNICK LE GUERER.

Prochain portrait: Jacques Polge. 

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=100
LES PARFUMEURS MAISON (4) http://www.le-luxe.fr/?p=99 http://www.le-luxe.fr/?p=99#comments Fri, 25 Jan 2013 14:26:06 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=99 MATHILDE LAURENT

En février 2005, Mathilde Laurent a rejoint CARTIER comme parfumeur intégré. En plus de fragrances sur mesure, s’adressant à une clientèle très fortunée, elle a créé Inde Mystérieuse, Roadster, Cartier de Lune, Baiser Volé et Les Heures Folles, en écho à la Haute Joaillerie de la Maison.

En amont de ces réalisations, elle a été pendant onze ans l’assistante de Jean-Paul Guerlain qui a parfait sa formation. Avec lui, elle a voyagé en Italie, en Tunisie, à Mayotte, en Egypte, pour découvrir toutes les facettes des ingrédients aromatiques. C’est dans l’exploration des classiques de Guerlain qu’elle a trouvé une incitation à l’originalité. Vol de Nuit lui est apparu comme une fragrance très originale et d’un raffinement extrême. “Sa formule est indevinable. Je l’ai porté et c’est difficile de dire ce qu’il y a dedans parce que ça ne décrit pas l’odeur”. L’art moderne en parfumerie serait, selon Mathilde, d’utiliser sans exclusive le maximum d’odeurs. Toutes ont quelque chose à dire.

Pour elle, l’audace est le secret de la création. “Tout le monde n’a pas la possibilité d’avoir de sublimes ingrédients mais on a tous celle d’être audacieux”. Dans l’Eau Légère de Shalimar, par exemple, Mathilde a ajouté la note limette (un agrume) que l’on trouve dans le Coca Cola pour moderniser la composition créée par Jacques Guerlain en 1925. La parfumeuse se réjouit de pouvoir élaborer pour Cartier une parfumerie artistique. “Je ne suis pas contre une parfumerie plus accessible, plus facile à porter, mais j’aimerais qu’il y ait aussi une parfumerie de luxe. Dans la mode, les deux entités coexistent. Le public achète le prêt à porter mais l’innovation vient de la Haute Couture. Que le marketing laisse les parfumeurs faire des parfums d’auteur est mon voeu le plus cher.” ANNICK LE GUERER

Prochain portrait: Jean Kerléo

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=99
LES PARFUMEURS MAISON (3) http://www.le-luxe.fr/?p=98 http://www.le-luxe.fr/?p=98#comments Wed, 23 Jan 2013 03:18:21 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=98 RICHARD FRAYSSE

Richard Fraysse fait partie comme Jean-Paul Guerlain d’une lignée de parfumeurs. En 1998, il devient parfumeur intégré de la Maison CARON. Très tôt il avait été sensibilisé aux odeurs, d’abord par son grand-père, fondateur en 1895, à Genève, des Laboratoires Fraysse et créateur, en 1902, de l’Eau de Cologne YARDLEY à la lavande, puis par son père, auteur du fameux Arpège pour LANVIN. Le jeudi, lorsqu’il n’y avait pas école, celui-ci l’amenait avec lui à l’usine de Nanterre et lui apprenait le métier en lui demandant de distinguer un lavandin d’une lavande ou un jasmin grassois d’un jasmin marocain ou italien. L’enfant trouvait l’exercice amusant, mais le jeu était formateur et il était mis sur la voie sans s’en douter et sans formation extérieure. Il voyait défiler chez lui de grands “nez” et écoutait son père raconter ses débuts artisanaux chez Jeanne Lanvin dans un tout petit laboratoire situé sous la boutique rue du Faubourg Saint-Honoré. Pour composer Arpège, André Fraysse faisait appel à des produits si onéreux que la célèbre couturière lui avait proposé d’acheter un coffre-fort pour les mettre à l’abri. Il fabriquait le parfum presque à l’unité pour chaque client. Les flacons étaient ensuite livrés par un coursier. “C’était le tout début de la parfumerie. Chez moi, on baignait dedans”. ANNICK LE GUERER.

Prochain portrait: Mathilde Laurent.

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=98
LES PARFUMEURS MAISON (2) http://www.le-luxe.fr/?p=97 http://www.le-luxe.fr/?p=97#comments Wed, 16 Jan 2013 01:42:29 +0000 cardot http://www.le-luxe.fr/?p=97 JEAN-CLAUDE ELLENA

Né à Grasse dans une famille de parfumeurs, Jean-Claude Ellena s’initie, sur le terrain, au métier dès l’âge de 17 ans. Il a travaillé chez Chiris, Roure, Créations Aromatiques, Symrise et est, depuis 2004, chez Hermès. Ce compositeur n’aime ni les parfums envahissants qui s’imposent de façon dictatoriale, ni les “brouillons”, les “confus”, dont on n’arrive pas à repérer le thème. Ses senteurs délicates naissent d’émotions qu’il veut faire partager. Même les odeurs du quotidien sont une source d’inspiration. Elles peuvent venir des parquets cirés, des draps propres, d’une peau, d’un coin d’épaule, d’un vieux pull, du pain grillé, du thé…

Jean-Claude Ellena a bien connu Edmond Roudnitska qui prônait le dépouillement et la concision. Le nombre des matières premières auxquelles il fait appel n’a cessé de diminuer. Alors qu’un millier lui étaient nécessaires au début de sa carrière, 450 lui ont suffi ensuite et aujourd’hui il n’en utilise guère que 200, tant les posibilités à explorer sont nombreuses.

Il s’oppose néanmoins à la perversion d’une tendance qui, confondant épure et pauvreté, conduirait à des formules simplistes.

Parfumeur intégré d’Hermès, la collection Hermessence, les Parfums-Jardins, les Colognes font partie de ses créations pour une Maison qui lui permet de s’exprimer librement. ANNICK LE GUERER.

Prochain portrait: Richard Fraysse.

]]>
http://www.le-luxe.fr/?feed=rss2&p=97